Bora Bora – Tahiti, jour 13

Dernier jour sur Bora Bora…
Jusqu’à notre départ vers 16h, c’est journée repos. Au programme, balade, baignade, repos, remplissage des valises.
En partant déjeuner, on voit que Michel est déjà au travail à ratisser tout le motu, certainement pour que tout soit propre pour l’arrivée du nouveau couple qui va nous remplacer ce soir. Ils ont vraiment de la chance… On resterait bien une semaine de plus. Internet ne nous a pas manqué, le téléphone non plus et la télé encore moins.
Nous sommes donc allés nous promener sur notre terre perdue à la recherche de bénitiers. Bien entendu, il faut s’équiper de chaussure pour ne pas se ruiner les pieds sur le corail. Une fois sur place, on remarque qu’il y a des oursins partout et très souvent en groupe d’une vingtaine, voir d’une trentaine.


On ne tarde pas à trouver des bénitiers secs. En fait, ce sont les polynésiens qui viennent les pêcher quand ils reçoivent du monde et ils les ouvrent sur place et laissent les coques sur place. A certains endroits, on en trouvera des tas ! On en profite également pour regarder s’il y a des coquillages. On finit par en forme de pyramide avec de belles couleurs et à priori, personne ne vie à l’intérieur. Un peu plus tard, je revérifie pour m’en assurer et là je vois une petite tête dépasser et le Bernard Lhermitte commence à sortir. Une chose est sûre, il ne veut pas quitter sa maison alors on le laisse tranquille. On trouvera un autre coquillage un peu plus gros plus loin et cette fois-ci, il est bien vite !
Une fois rentrés sur le motu, je vois que le ciel devient bien sombre et quelques minutes plus tard, il tombera des trombes d’eau.
Chantal nous a préparé des sandwichs, comme on le lui avait demandé.
Aujourd’hui on ne fera pas grand-chose vu le temps qu’il fait mais on s’en sort très bien tout de même car nous en avons bien profité pour faire toutes nos activités avec un super temps durant tout le séjour. On profite de ce temps pour refaire les valises correctement.
Le moment du départ approche et c’est avec le cœur lourd que disons au revoir à Chantal et nous la remercions pour ce très agréable séjour qu’elle nous a permis de passer. Michel nous amène un peu plus tôt à l’aéroport car il doit récupérer de nouveaux clients. Une fois à l’aéroport, nous remercions tout aussi bien Michel.
Nous aurons passé à Bora Bora le meilleur séjour de tout notre voyage ! Nous y aurons vécu des choses extraordinaires !
Maintenant, il faut patienter gentiment jusqu’au départ pour Papeete…
Petite remarque qui me revient sur Bora Bora quand je regarde les toitures. C’est qu’ici, il est interdit de mettre du Palmex sur les toits. Seul le pandanus est autorisé et obligatoire pour ce genre de toiture. Autre petite anecdote, en montant une dernière fois sur le bateau de Michel, il était en surcharge. J’ai dû aller à l’avant. C’est vexant ! Il faut dire qu’il n’y avait presque pas de fond et l’hélice du moteur touchait de sable.
Maintenant que nous avons quitté à grands regrets Bora Bora, nous voici de retour à Papeete où nous prendrons un taxi pour nous rendre à l’hôtel Tahiti Nui. En rentrant dans cet hôtel, j’ai vu tout de suite que ce n’était pas un hôtel pour moi. Le hall d’entrée est un grand espace vide et c’est trop huppé pour moi. Je préfère la simplicité. Tout est moderne ici. La chambre est très grande et ça n’a rien de typique. On commençait à s’habituer à cela et en plus, le wifi ne fonctionne que dans le hall. C’est bizarre pour un grand hôtel comme ça. Autre point de que l’on remarque en revenant en ville, ce sont les moustiques qui ne nous avaient pas manqué du tout, tout comme l’odeur de la ville. Sur Bora Bora ainsi que sur les autres îles, on s’habitue très vite à l’odeur de la nature. Les odeurs d’échappement, de tabac et autres mauvaises odeurs n’y sont pas présentes et ça fait un bien fou. Cela me manque déjà et me manquera très longtemps ! Pour notre premier dîner qu’on ne rate pas sur Papeete, nous décidons de manger au restaurant de l’hôtel. Là encore, c’est encore trop huppé pour nous, même si on y mange très bien et en plus il y avait un groupe de musique très sympa.
Pour demain, nous n’irons pas à Tetiaroa à cause de la houle qui ne s’est pas calmé. Je m’en doutais fortement mais ce n’est pas grave. Nous essayerons de louer une voiture et irons voir d’autres sites qui nous intéressaient.
Maintenant, douche chaude et au lit !

Suivez nous :
This entry was posted in Blog, Polynésie.

Post a Comment

Your email is never published nor shared.