Bora Bora, journée 12

La nuit fut excellente et sans interruption !
Aujourd’hui c’est le bon jour pour aller faire du Jet Ski ! Même chose qu’hier le matin. Vêtements prêts, équipements prêts, petits déjeuners pris, il n’y a plus qu’à y aller !!
Nous repartons donc avec Michel au quai, sur l’île principale et là, notre prestataire arrive presque à l’heure. Pour le retour, c’est eux qui nous déposeront au motu directement. C’est toujours ça de gagné !
Arrivé chez le prestataire, nous nous préparons et laissons nos affaires sur place. Nous repasserons par-là après le Jet Ski. La journée va être très riche en émotions ! Voyant que j’ai une Gopro, notre accompagnateur, Vincent, me propose un jet ski qui a le socle pour fixer la caméra. Il nous expliquera rapidement le parcours de la matinée et nous partons.
Nos accompagnons de route seront deux couples d’américains. Les hommes montent devant car pour la première, ça va être physique visiblement. Et c’est parti !


Pas évident au départ pour dompter la machine. Il faut un peu de temps pour comprendre comment accélérer au bon moment et comment prendre les vagues. Sur la première partie, on se fera un distancer car j’avoue que je ne maîtrise pas encore bien, surtout dans les virages où j’ai tendance à ralentir pas mal. Sur le trajet, nous nous arrêtons non loin d’un bateau, nous croiserons l’Aranui d’ailleurs, car il y a des baleines ! Trois baleines exactement mais nous n’en verrons que deux, ce qui est déjà pas mal ! J’en avais déjà vu une au loin de Teahupoo mais là c’était quand même bien prêt, à même pas cent mètres. Vincent nous expliquera qu’il n’en voit qu’une fois par saison en général, pas plus. Quand la mer est dangereuse, les baleines amènent leurs petits dans le lagon pour être tranquilles. Un coup de chance pour nous !
Après cette petite pause, Vincent nous dit de nous détendre un peu les bras car la partie à suivre va être sportive ! Pour ma part, le début l’était déjà…

DCIM100GOPROG0578754.

En effet, ça remue pas mal. Nous avons le vent et la houle de face. Autant dire que nous avons pris une bonne douche en continu ou presque ! Une fois cette partie mouvementée passée, c’est plus calme et on peut accélérer plus facilement, surtout que les jets devant nous cassent les vagues.
L’endroit où nous emmène Vincent est juste incroyable !! Une plage de sable blanc comme je n’en ai jamais vu (nous sommes sur un motu), d’une finesse incroyable. Le sable que j’ai ramassé à la main dans l’eau était d’une douceur… et fin comme de la farine. Au bout de cette plage, il n’y a que deux grands hôtels sur pilotis, ceux même que l’on retrouve sur les cartes postales, aussi beau. Il me semble que l’un d’entre eux est le Saint Régis et l’autre le Quatre Saisons. C’est une espèce de crique dans laquelle nous sommes arrêtés. Petite séance photo pour tout le monde et maintenant, c’est au tour de ces dames de passer devant sur les jet ski. Après un petit temps d’adaptation, très court, Mélanie fonce faire plusieurs tours de la crique. Elle s’en sort vraiment bien. L’eau est très calme ici mais elle va à fond ! Vincent garde cet endroit justement pour les femmes car il n’y a pas de vagues.
Pendant un petit quart d’heure, elles font ce qu’elles veulent et s’en donnent à cœur joie !
Voyant que ça se passe bien, Vincent décide de continuer la route dans cette configuration et nous nous rendons sur une autre plage, pas très loin, où une dégustation de noix de coco nous attend. Là encore, c’est une superbe plage sur laquelle nous nous arrêtons, avec pour décor de fond, l’île de Bora Bora.
Vincent va chercher quelques noix de coco et nous fait une démonstration d’ouverture. Suite à ça, il nous fera boire l’eau de coco, manger de la coco râpée et boire du lait de coco. Tout ça est délicieux, à condition d’aimer la noix de coco, ce qui n’est pas le cas de Mélanie…
Après quelques échanges avec Vincent sur le tourisme à Bora Bora, nous remontons à bord de nos machines. Cette fois-ci, les hommes conduisent. Je ne sais pas si c’est l’effet noix de coco, mais là, j’y suis allé à fond et avec Mélanie derrière moi, nous nous sommes vraiment éclaté ! J’y suis allé à fond ; on a décollé plusieurs fois sur les vagues. C’était génial ! il a même fallu ralentir pour laisser celui de devant avancer. Mais malheureusement, la course s’arrête ici et nous devons déposer les jet ski, à notre grand regret.
Le rinçage fait, direction le fameux Bloody Mary, que je ne connaissais pas du tout. C’est pourtant un restaurant très connu car beaucoup de stars s’y arrêtent. Il y a d’ailleurs tous les noms affichés à l’entrée du restaurant. Le cadre est plutôt sympa. Les meubles sont en bois et le sol est en sable. Il y a même des casiers pour y laisser les chaussures et rester pieds nus pour manger. Par contre, on sent tout de suite que l’on rentre dans un monde américain. Direct, on nous parle en anglais, ce à quoi je réponds tout de suite que nous sommes français, certainement les seuls clients français pour déjeuner d’ailleurs. Nous avons droit, avec tour de la journée, à une petite boisson, et un plat au choix. Autant dure qu’il n’y a pas beaucoup de choix. Avec Mélanie, nous choisissons le burger Bacon. On verra bien…
Et bien le résultat ne se fait pas attendre. Les frittes ont gout de poisson (L’huile de cuisson pour les frites est certainement la même que pour le poisson) et le burger n’est pas bien épais. Le restaurant a beau être célèbre, ce n’est pas là qu’il faut aller pour bien manger ! Au moins, nous avons pu discuter avec le serveur, très sympa, qui ne semblait pas trop maîtriser le français jusqu’à ce qu’il nous sorte un « Arrête tes conneries », qui nous a beaucoup surpris et fait rire ! Bien-sûre, il a dit ça quand je lui ai dit que le foot était un sport de femme et avant ça, il nous a sorti un « eux ils ont des tunes » en parlant de notre prestataire de la journée. Cela nous a fait beaucoup rire. Il faut savoir que le serveur était samoan et qu’il en avait le physique et l’accent. Il nous apprendra également qu’il a déjà rencontré Dwayne Johnson dit The Rock qui est de la même région que lui. Il nous confirmera que l’acteur est une montagne de muscle et qu’il est vraiment très gentil.
Pour ce qui est des toilettes, il ne faut pas être pudique ! La porte est un simple double battant, comme les portes de saloon. Par contre, pour se laver les mains, c’est super ! Le lavabo est une cascade d’eau, très bien faite.
Maintenant, direction le bateau, où de nombreuses surprises nous attendent ! Au programme, requins, raies, jardin de corail.
L’ordre changera vite. Nous allons d’abord au jardin de corail. Il y a environ quatre ou cinq mètres de fond mais avec beaucoup de houle.
Encore une fois, je n’ai pas un super niveau de nage et je ne le sens que moyen. De plus, notre guide, un polynésien, insiste pour que l’on mette des palmes. Mélanie mettra un gilet de sauvetage et le guide mettra une bouée à la mer. Pour la rassurer, je resterai à côté de Mélanie tout le temps de la nage mais celle-ci ne durera pas longtemps. Je vois que Mélanie n’arrive pas à nager avec son gilet alors je lui apporte la bouée et tente de la remorquer jusqu’au bateau. La nage avec les palmes, je n’y arrive pas et je bois plusieurs fois la tasses à cause de la houe. Du coup, je m’agrippe à la corde de la bouée et nous ramène jusqu’au bateau comme ça. Il faut se rendre à l’évidence, les palmes ce n’est vraiment pas pour moi ! Et je pense que dans ces conditions de mer, ce n’est pas le bon endroit pour apprendre.
Une fois sur le bateau, nous serons vite rejoints par un autre couple dont le mari devait avoir des racines indoues. Il nous a bien fait rire. A chaque que sa femme le filmait pour un plongeon, soit il prenait un énorme plat, soit il glissait en tombant à l’eau. On a bien rigolé !
Le peu que j’ai pu voir sous l’eau était très beau. Beaucoup de couleurs, énormément de poissons.
Quand tout le monde a fini par remonter, nous sommes allés voir les raies Pastenague.
Arrivés sur place, les raies n’étaient pas seules à nous attendre. Quatre beaux requins étaient avec elles. Il y a eu un courageux qui est allé à l’eau tout de suite et les tous les autres sont restés à bord du bateau. Un second a suivi et petit à petit, tout le monde y est allé. Les filles criaient quand les raies se collaient à elles. Il faut dire que le guide s’approchait de chacun en donnant à manger aux raies. Et puis les raies sont plutôt câlines et coquines ! Elles se collent très facilement à nous et souvent même, on ne les voyait pas arriver. Elles restent au font de l’eau et d’un coup, elles remontent le long de nos jambes jusqu’à la surface de l’eau, collées à nous. Le moindre que l’on puisse dire, c’est qu’elles ne sont pas timides ! Sans la queue, elles doivent bien mesurer 80cm de long et pareil de large. Avec la queue, c’est le double.
Quoi qu’il en soit, elles ont de la force car par moment, on ne pouvait plus avancer avec Mélanie.
Les requins, eux, je ne les ai pas trop vu mais ils n’étaient pas très loin. Voir pas très loin du tout ! Mais j’ai préféré les ignorer pour passer un bon moment.
Pour la suite, cela se passe en dehors du lagon, après le récif où une très belle surprise nous attendait. En arrivant à la passe du lagon, il y avait deux bateaux arrêtés avec de nombreuses personnes à l’eau, certains avec des gilets et d’autres sans. Nous nous arrêtons aussi mais pas pour les mêmes raisons qu’eux. Certes, il y avait des baleines, mais il est interdit de se baigner ici car une zone protégée. Notre guide s’arrête donc pour nous montrer les baleines si on a la chance de les apercevoir mais surtout pour appeler les autorités et les prévenir. D’après ce que j’ai pu voir tout au long de notre voyage, les polynésiens sont très respectueux de tout ce qui touche à la nature. Les deux bateaux, qui étaient à priori des bateaux de location sont tout de suite parti quand ils ont vu notre guide téléphoner. Je n’ai jamais vu des gens sortir aussi vite de l’eau pour remonter dans leurs bateaux et partir ! Et là, comme pour nous remercier, pendant le coup de fil, un baleineau est sorti de l’eau à même pas cinquante centimètres de notre bateau. Magique ! Voir une baleine d’aussi prêt est visiblement assez rare ici. Nous n’avons pas eu le temps de sortir les appareils photo car ce fut très rapide mais l’image est gravée dans nos têtes ! On reverra un peu plus loin les baleines souffler.
Prochain arrêt, les requins dans le Pacific. Du moins, de l’autre côté de la barrière de corail, avec 15m de fond sous le bateau et une eau très nette ! Un véritable aquarium. Depuis le bateau, on voit plein de petits poissons noirs.
Avec Mélanie, on ne se sentait pas trop d’ailler côtoyer les requins là où nous n’avons pas pied alors j’ai dit à notre guide que nous n’irions pas dans l’eau. Bien entendu, il a insisté fortement pour que nous y allions. Seule une personne s’était jeté à l’eau jusque-là. D’autres ont suivi timidement. Au bout d’un moment, nous avons fini par accepter mais seulement en restant à l’escalier du bateau, sans palme et juste avec le masque.
Je me suis donc mis à l’eau et Mélanie a suivi et est restée comme moi, accroché à l’escalier. On voit qu’il a quelques requins qui rodent et de nombreux autres poissons. On se met à l’horizontal pour regarder un peu ce qu’il se passe en dessous et là, je sens quelque chose m’attraper brutalement le mollet !!! Gros moment de panique !! Mais en fait, c’était le guide qui me faisait une blague pour me faire peur. Et bien c’est réussi !
Après une bonne dose de frayeur pour moi et de rigolade pour les autres, nous remettons la tête sous l’eau pour contempler le cadeau de dame nature. On se croirait vraiment dans un aquarium de 15m de fond. On voit d’ailleurs le fond très distinctement ainsi que ses occupants, à savoir des requins Citron qui ne resteront qu’au fond. Le guide ne donnera aucune nourriture cette fois-ci. Les pointes noires ne feront que passer aussi, pas trop loin de nous. Ce qui m’a le plus impressionné ici, ce sont les apnées que le guide à faites. D’un coup, il descendait à la verticale jusqu’au fond accompagné par de nombreux poissons noires qui nageaient tout autour de lui et lui, allait voir les requins Citron de près. Sa descente était vraiment très belle à voir mais difficile à expliquer. L’image était tellement nette que s’en était incroyable et le bleu de l’eau était très intense. S’en était presque envoutant. Le guide m’expliquera après que c’est un ancien pêcheur au harpon et qu’il tient à peu près une minute sous l’eau. Il aura aussi la gentillesse de prendre ma Gopro pour aller filmer un peu le fond.
La journée s’achève ainsi, avec un grand bain parmi les requins à pointe noire et les requins Citron.
Entre les requins, les raies, les baleines et le jet ski, on peut dire que la journée fut bien remplie !!
On nous ramènera comme prévu à notre motu. Il a fallu que je guide le chauffeur pour lui indiquer où c’était et comment y entrer.
Au moment de la douche, j’ai fait un vol plané dans la douche. Par reflexe surement, j’ai mis la main en premier pour me retenir au sol. Heureusement car la deuxième chose qui a tapé, c’est ma tête sur les toilettes. Plus de peur que de mal mais aurait pu très mal finir. Je m’en sors seulement avec un peu de glace sur la main me fera mal surement quelques jours mais rien de grave. Mélanie a eu très peur en me voyant chuter aussi violemment mais bon, tout est bien qui finit bien. Et puis nous sommes à Bora Bora, tout ne peut que se finir bien !
Passées toutes ces émotions, la journée touche à sa fin. Un dernier coucher de soleil, un dernier repas dans notre paradis et demain, retour à Papeete où nous attend peut-être enfin notre tour à Tétiaroa…

Suivez nous :
This entry was posted in Blog, Polynésie.

Post a Comment

Your email is never published nor shared.