Conclusion de mon voyage en Polynésie

Il y a tellement de choses à dire sur cette région du globe qu’il est difficile de savoir par où commencer.
Je pense que la chose la plus impressionnante ici, c’est l’accueil chaleureux du peuple polynésien ! Qu’est-ce qu’ils sont gentils ! Quel que soit l’âge des personnes à qui l’on parle, ils sont tous tellement gentils et accueillants ! C’est valable également pour les français implantés ici qui ont vraisemblablement contracté le ce virus. Cela manque vraiment beaucoup à la France !


Tahiti 7090Sur les petites îles c’est encore plus vrai, les gens se disent tous « Bonjour » sur la route par exemple, même s’ils ne se connaissent pas. En France, si on fait cela, on se fait rapidement regarder de travers.
Sur Papeete, qui a beaucoup de circulation pourtant, les voitures s’arrêtent pour laisser passer les piétons, même sur les artères principales où ça roule pas mal.
On pourrait trouver de nombreux qualificatifs pour décrire les polynésiens mais « adorables » est pour moi ce qui leur va le mieux.
Quand on vient ici pour la première fois, les agences de voyages ont tendance à mal vendre l’île de Tahiti et pourtant, il y a tellement de choses à faire et à voir qu’il serait vraiment dommage de passer à côté. Certes, nous n’avons pas vu beaucoup de lagons bleus mais il y a des choses tout aussi belles à voir. Je pense au marché, à la Vallée de Papenoo, aux plages de sable noir, à Taehupoo et j’en passe. C’est une île pleine de charmes.
Une autre chose est certaine, c’est qu’aucune île ne se ressemble ! Nous n’avons fait seulement que quatre îles mais n’avons rien vu qui se ressemblait ! Cependant, concernant les lagons, plus on se rapproche de Bora Bora, plus les lagons sont beaux.
Au départ, je pensais tomber dans des lieux d’excursion bourrés de monde, comme on peut le voir parfois à la télé. Ce n’est pas absolument pas le cas ! A chaque fois, il n’y avait que notre groupe et personne d’autre.
Ce que retiens également c’est la mauvaise image que l’on a de Bora Bora en pensant que c’est bourré de touristes. Sur les paquebots et les grands hôtels peut-être, mais pas sur l’île principale. Si je peux donner un conseil pour Bora Bora, c’est de ne pas aller dans les grands hôtels. Vous découvrirez bien plus de choses.
Si vous venez sur Tahiti, Je vous conseille de louer une voiture une journée et découvrir l’île par vous-même et n’hésitez surtout pas à ne pas prendre de GPS. Demandez plutôt votre chemin. On vous indiquera votre route avec le sourire et ça, ça vaut tous les GPS du monde.
Pour ce qui est de l’argent, retirez-le en ville. Pour les Français, il n’y a pas de frais. Les paiements par carte bancaire ne sont pas taxés non plus.
Le marché de Papeete est à faire à la fin du séjour si c’est possible car les prix y sont corrects mais ça prend vite de la place dans la valise !
De manière générale, également, privilégiez les pensions de famille. C’est tellement plus conviviale et on y mange très bien.
Moorea est une île incontournable de tout premier séjour et Huahine et une île totalement dépaysant pour qui veut sortir un peu du cadre touristique. Elle est l’exemple typique des différents paysages que l’on peut trouver en Polynésie. D’un côté, la nature et un peu d’isolement, et de l’autre côté, un lagon magnifique. Une ile pleine de charme. Bora Bora, c’est simplement le rêve que l’on vous vend dans les magazines qui prend vie, sans exagération.
Quand dans la même journée, vous pouvez voir des baleines, des requins Citron, des Pointes noires, du sable fin comme de la farine et des lagons de couleurs incroyables, que demander de plus ?
D’un point de vue transport, tout se fait avec Air Tahiti. Les vols sont très doux.
Point une peu négatif sur la vie ici, c’est la qualité de la nourriture pour les jeunes. Sur Tahiti on trouve cinq McDo à la mode américaine, à savoir des portions plus grosses et des boissons beaucoup plus sucrées. Les canettes sont même un peu plus grandes qu’en France (350ml contre 330ml en France). Tout cela se traduit par l’obésité qui se voit de plus en plus, surtout chez les femmes qui… qui se portent bien dirons nous ! Les enfants très jeunes sont souvent nourris au Coca.
Pour ceux qui souhaitent y vivre, l’immobilier et sensiblement le même qu’en France mais l’eau et l’électricité sont plus chers qu’en France car la concurrence n’arrive pas à s’installer du fait d’un système de monopole bien ancrée. Internet est très cher également. Cependant, si on mange comme les locaux, on peut très bien s’en sortir car le poisson et la viande qui vient de Nouvelle Zélande ne coute pas très cher. A l’achat, une voiture est environs 30% plus cher qu’en France.Tahiti 7994
Il se dit qu’en Polynésie, il y a beaucoup de chiens. C’est vrai mais ils sont généralement gentils. De plus, ils chassent les poules. Mais chose un peu difficile pour nous, c’est qu’avec les chinois qui commencent à être nombreux ici, les chiens sont parfois transformés en repas et les locaux commencent à copier les chinois sur cette coutume, parfois même après un coup de voiture de volontaire. C’est une chose à prendre en compte.
Astuce importante, n’achetez aucun souvenir dans la zone Duty Free de l’aéroport. C’est presque deux fois plus cher qu’à Papeete.
Quand vous venez à Tahiti et dans les autres îles en générale, n’oubliez pas que vous êtes des privilégiés. Il n’y a que 180 000 visiteurs par an depuis la crise économique. Ce que vous y verrez ne sera vu que par peu de monde. Alors profitez bien ! Vous verrez, le plus difficile, c’est de trouver les mots pour expliquer ce que vous avez vu et vécu. Certaines choses ne peuvent seulement qu’être vécues.
Ah, et concernant les requins, c’est comme les chiens, il y en a bel et bien. J’étais le premier à en avoir peur. Pourtant, le voyage est terminé et j’ai nagé avec des requins une trentaine, et à ce jour, il ne me manque rien ! Ils ne mangent pas de viande, seulement du poisson, comme les requins Citron.
Alors aucune crainte à avoir, bien que cela reste très impressionnant.

Suivez nous :
This entry was posted in Blog, Polynésie.

Post a Comment

Your email is never published nor shared.