Moorea – Huahine, jour 6

Ce matin nous partons visiter l’autre côté de notre plage pour voir où nous pouvons aller.
Armés de maillots de bain, serviettes et appareils photo, nous voilà partis.
Côté plage, l’ancien Club Med est toujours aussi grand. C’est vraiment dommage. Un peu plus loin, un chien nous fera comprendre que ce n’est pas forcément une bonne idée de passer par chez lui mais il n’a pas l’air bien méchant. Au retour, nous passerons quand même plutôt par l’eau.
De ce côté-là, la plage est somptueuse et la couleur de l’eau est un régal pour les yeux. Personne à l’horizon ! Le paradis de la tranquillité !
J’ai essayé de décrocher ma première noix de coco mais force est de constater que je ne sais pas faire ! J’ai quand même réussi à en ouvrir une qui était à terre mais une fois ouverte, elle était pourrie…


Tahiti 7117Nous profiter tout de même très bien de se moment de tranquillité pour nous baigner dans une eau limpide, sans corail, et pour faire quelques photos.
La matinée passe très vite en ne faisant rien comme ça… trop dure !
Après le déjeuner à la caravane qui n’est pas loin de l’hôtel et qui fait un très bon espadon, direction l’Aquablue !
Petit aparté qui me vient à l’esprit. Lors de notre visite au Tiki Village, notre guide d’un soir nous a appris que chez chaque tahitien, il y a au moins un cocotier car ils le considèrent comme leur arbre de vie. Avec, ils peuvent fabriquer le toit de leur maison, la maison, se nourrir, fabriquer des bateau, etc…
Autre aparté concernant les dauphins cette fois-ci, c’est sur la douceur de leur peau. C’est vraiment très doux et ça, dans les deux sens de la caresse. Je suppose que c’est ce qui leur permet d’aller aussi vite dans l’eau, que ça soit sur le ventre ou sur le dos (démonstration faite !).
Revenons à l’Aquablue. Fred, notre plongeur, nous attend avec un peu d’avance à l’hôtel. Encore une fois, c’est une personne vraiment très gentille et avenante. La gentillesse des gens ici est certainement une des choses qui me manquera le plus ici.
Nous partons donc vers l’hôtel Intercontinental car c’est là-bas qu’est basé l’Aquablue, comme beaucoup d’activités visiblement. Sur la route, Fred nous expliquera son activité et sa vie à Moorea avec sa femme et ses enfants.
Arrivés sur place, nous rencontrerons son collègue Stéphane, tout aussi sympa et fun, ainsi que les personnes qui nous accompagneront, à savoir un groupe de quatre amis français, un peu âgés, et un couple d’américains.

DCIM100GOPROG0438378.

Nous embarquons à bord de notre bateau. Un coffre est prévu pour mettre les affaires au sec. Sur chaque bord du bateau sont callés les caques des scaphandres, 40Kg chacun ! Il faut surement de bonnes épaules pour porter ça…
Une fois partis, nous découvrons encore un magnifique lagon turquoise. Sur cette partie de l’île, on sent que c’est plus touristique car il y a pas mal d’activité sur l’eau.
Notre spot de plongée (Fred nous précisera à plusieurs reprises que nous descendrons dans les conditions que la plongée traditionnelle) se situe entre deux Motus, dans une réserve naturelle où nous attendant diverses espèces de poissons et surtout des raies pastenagues.
Arrivés sur site, on voit tout de suite ces raies, que je ne pensais pas aussi grosses. Elles ont le dessus nous le dessous blanc.
Avant la plongée, Fred nous fera un petit brief sur le déroulement de la plongée, comment communiquer sous l’eau et comment réagir avec les raies. Leur Dard se trouve dès le départ de la queue, juste au-dessus de celle-ci. Donc ça, on ne touche pas ! Mais tout le reste, on peut.
Le groupe des quatre amis sont les premiers à plonger. C’est la troisième fois qu’ils viennent le faire. Visiblement, ils viennent souvent en Polynésie. L’un deux me demandera de filmer leur descente avec le scaphandre, chose que je ferai volontiers. Si on peut rendre service !
Pendant qu’ils seront dans l’eau, nous serons avec marques et tubas pour observer les poissons. Là où le bateau est amarré, nous n’avons pas pied. Mélanie n’étant pas trop rassurée, Stéphane va très gentiment plonger avec elle et l’amener en toute sécurité là où elle aura pied. Ensuite, il repartira avec les autres qui sont déjà bien encadrés par Fred. De notre côté, c’est parti. Nous mettons la tête sous l’eau et là, il y a des poissons partout, un véritable aquarium ! Des poissons jaunes, bleus, noirs, gris, rouge, etc… Et ils ne sont pas farouches ! Certains me suivent alors que j’essaye de prendre un peu de recul avec la Gopro justement. C’est amusant. La visibilité est impeccable. Cependant, il y a beaucoup de courent.
Une chose d’assez bien, c’est que l’eau est très salée alors on remonte très rapidement à la surface. C’est même difficile d’aller au fond de l’eau pour moi mais du coup, ça permet de passer à des endroits plus profonds tout en restant à la surface. Un mal pour un bien.
Au bout d’une demi-heure, nous nous rapprochons du bateau et je vois que les autres ne sont pas loin du bateau également et qu’ils ne vont pas tarder à remonter. Ça tombe bien !
Une fois tout le monde remonté, à notre retour de plonger. J’avoue avoir un peu peur d’avoir mal aux oreilles, comment en plongée traditionnelle. Stéphane nous donnera les derniers conseils et tout le monde se met à l’eau. Je filme la descente de Mélanie, qui était un petit peu la chouchoute du jour visiblement tu es une fois dans l’eau, c’est à mon tour. Je descends l’échelle, on me passe le casque sur la tête, et c’est parti ! Et là c’est le drame, plus de place sur la carte mémoire de la gopro. Pas de bol ! Et la personne qui film habituellement, n’est pas là non plus. Ce n’est pas grave car de toute façon les souvenirs seront gravés à jamais dans nos têtes ! Pour revenir aux premières sensations, on entend l’air arriver dans le casque sous la forme d’un sifflement mais ça ne fait pas mal aux oreilles. La pression n’est pas la même comme en plongée traditionnelle car les tympans ne sont pas en contact direct avec l’eau donc pas de mal aux oreilles. La pression s’apparente plutôt à celle que l’on ressent dans les avions. C’est largement supportable.

Côté paysages, c’est génial ! L’effet loupe que nous donne le casque nous donne l’impression que tout est prêt mais ce n’est pas forcément le cas. Et les sensations sont sympas aussi. On a l’impression de marcher sur la Lune. C’est amusant ! Stéphane à une boîte d’aliments avec lui. Il y a des sardines dedans. Voilà ce courant ça fait venir des poissons tout autour de lui. Une fois qu’on a vu ça, il passe la boîte chacun notre tour et on se retrouve vite entouré par de nombreux poissons de toutes les couleurs. Les raisons de la partie également. Qu’est-ce que c’est doux ! ! C’est comme le dauphin, mais encore plus doux. C’est très agréable au toucher et elle ne manque pas de venir s’amuser avec nous. Stéphane passera même la queue de l’une d’entre elles que je laisserai glisser lentement entre mes doigts. Après un bon moment à nous amuser avec les poissons, voilà le moment de retourner vers le bateau. Comme il y a beaucoup de courant, on cède avec une corde pour avancer. Avant de remonter, Fred un dernier jour. Un premier temps, il fallait retirer le casque mais seulement les plus téméraires le fond. Dans notre groupe, je l’ai fait en premier et ensuite, seul l’Américain l’a fait. C’est marrant à faire. On y voit net et d’un coup, on y voit tout flou. Surtout ne pas oublier de prendre sa respiration ! Ensuite, il fallait sauter le plus haut possible. Là, tout le monde l’a fait. Au début, Fred nous fait comprendre qu’on ne se saute pas assez haut alors on a recommencé et avec un peu d’exercice, ça commence à sauter assez haut. Quand on pense que le casque fait 40 kg, ça fait bizarre car on le ressent pas du tout. Je serai le dernier sortir de l’eau. Mélanie, elle, était un peu pressée et puis il faut dire que l’on n’est pas vraiment son élément. Une foire de l’eau, on se rend compte que c’était une super expérience, une de plus. On a vraiment de la chance d’être là et de faire tout ça ! Sur le chemin du retour, Fred à la gentillesse de s’arrêter et de nous montrer des requins. On lui avait dit que nous en avions jamais vu avant de partir, comme ça on discute en et du coup c’était super sympa. Ça ne donne pourtant pas envie de plonger allô ! Trois requins sont passés à côté du bateau. Pour que nous puissions voir une dernière fois les relais dauphin, Fred et Stéphane propose de ramener d’autres personnes en premier, histoire que nous ayons le temps d’aller voir rapidement les dauphins au Dolphin Center. Bien entendu cela nous va très bien ! Il était plus de 16h30 alors les activités avec les dauphins était déjà terminé mais ce n’est pas grave, nous avons tout de même pu admirer ce fabuleux mammifère !
De retour à l’hôtel, nous patientons tranquillement, le regard vers le lagon, l’heure du déjeuner. Frustré de ne rien avoir fumer pendant la plongée, je vais demander si Fred me ferait un prix si je retournais plongée. Chose qu’il acceptera volontiers mais les horaires ne connaît pas avec notre planning. Dommage !

Suivez nous :
This entry was posted in Blog, Polynésie.

Post a Comment

Your email is never published nor shared.