Tahiti, jour 1

Une chose est sûre, la nuit fut courte. Nous avons fait connaissance avec les coqs de Tahiti… Ils chantent comme en France, mais avec le décalage horaire de la planète ! Ils chantent à toutes les heures.

Aujourd’hui, nous devons embarquer pour Tetiaroa donc rendez-vous à 6h00 à la marina. C’est l’occasion de découvrir Papeete au lever du soleil. Les quais sont vraiment bien aménagés.

Arrivés un peu en avance, nous en profitons pour aller retirer un peu de liquidité et attendons patiemment l’équipage.

6h00, personne. Le vigile présent sur place nous précise que nous sommes bien au bon endroit. 6h15, 6h20, toujours personne. Je commence à perdre patience, surtout qu’il faut préparer le bateau au long trajet qui nous attend. 6h30, le vigile nous dit que visiblement, il n’y aura personne.

J’essaye d’appeler l’agence de voyage sur le numéro qu’on nous a donné. Numéro injoignable ! J’appelle le numéro affiché sur le bateau et là la personne se confond en excuses car elle essaye de me joindre depuis 4h00 du matin pour nous prévenir que l’excursion est annulée suite à une houle trop importante en mer. J’appelle l’agence en ajoutant « 40 » devant le numéro et là ça marche. Le monsieur s’excuse également et ne comprend pas pourquoi le prestataire ne savait pas où nous dormions. Les vacances commencent bien ! La fatigue n’aidant pas, la mauvaise humeur commence  à se faire ressentir. En attendant que l’agence nous trouve une roue de secours, nous retournons au Faré Suisse pour prendre le petit déjeuner…

Qu’allons-nous faire de la journée ??

L’agence nous rappelle vers 7h30 pour nous dire qu’ils nous ont loué une voiture pour qu’on aille faire le tour de l’île. Pourquoi pas ! En plus, le loueur, Eco Car, vient nous chercher et nous ramènera le soir. Sympa !

dsc02794-traiteeUne fois les formalités remplies pour la location de la voiture (une petite Fiat 500, décapotable, boite auto), nous partons faire le tour de l’île.

Premier arrêt aux grottes de Maraa et première vue des plages tahitiennes. Plutôt joli ! La visite est tout de même assez courte.

dsc_6081-traiteeEnsuite, nous nous arrêtons aux Jardins de Vaipahi. Nous ne savons pas du tout à quoi nous attendre alors je demande à la personne de la boutique ce qu’il y a à voir et elle nous invite gentiment à le découvrir par nous-même. Pourquoi pas après tout. L’entrée est gratuite en plus.

Bon, le jardin est sympa mais sans plus. Par contre, je vois régulièrement des gens grimper sur la colline. On finit par trouver le chemin et c’est là que l’aventure commence, car oui, le parcours qui nous attend est une vraie aventure !

Première constatation, il faut être équipé niveau chaussures ; ce n’est pas du tout notre cas. C’est très humide et du coup, très glissant ! Et boueux aussi.

Au fil de la randonnée, on ne croise qu e des tahitiens, aucun touristes. Tant mieux !

On a croisé deux bonhommes qui faisaient le parcours en courent, et on peut dire qu’ils étaient affutés ! Un autre faisait le parcours en portant ses trois enfants sur le dos ! Impressionnant !

Pour grimper, il faut avoir une bonne condition physique car ce n’est vraiment pas facile. Du moins, c’est ce que nous pension à ce moment-là. Après dsc02822-traiteeune petite heure de grimpette, nous finissons par arriver à un très beau panoramique de la côte tahitienne. Ça valait le coup de se ruiner les chaussures.

Pour la descente, les gens nous ont dit que la suite du chemin était plus facile…

Nous n’avons juste pas pris le bon chemin pour le retour. Nous avons pris le premier qui descendait et qui suivait la rivière. Alors là, c’était comme dans « Man VS Wild » ! Humide de bout en bout, de la boue, des cailloux, des branches partout, des traversées de rivière. Un vrai parcours du combattant ! Heureusement, de temps en temps, pour s’aider dans les endroits dangereux, il a de vieilles cordes pour se tenir.

dsc_6176-traiteeAu final, nous avons mis autant de temps pour la montée.

Arrivée en bas dans un état  crasseux et trempes de sueurs, les gens nous ont tous dit que nous avions pris le chemin le plus dure et que très peu de gens le prenaient. On peut être fiers de nous en tout cas ! Une chose de bien, c’est qu’il y avait une douche pour laver les chaussures. Heureusement, sinon la voiture aurait étant dans un de ces états ! Une fois les chaussures lavées, nous sommes allé à la boutique pour acheter à boire et un t-shirt pour que je me change.  Le mien était vraiment trop trempe !

Nous voilà repartis à l’inconnu mais en direction de Teahupoo.

Sur la presque île, on nous a conseillé un restaurant à Vaira mais on ne le trouvera jamais, malgré quelques passages dans la ville.

Vers 12h00, le coup de barre tombe et le fait de ne pas trouver quelque chose en tournant en rond et le fait que rien ne soit indiqué m’agace beaucoup. Nous décidons alors de nous arrêter au premier restaurant.

Nous sommes super bien tombés ! Quasiment que des locaux y mangent, en bord de mer, un décor extra et un accueil chaleureux. Le restaurateur de « La plage de Maui » est très sympa et nous donné de lui-même pas mal de brochures. En tout cas, on ne peut pas manger plus au bord de l’eau. L’eau était à un mètre de nous ! Très bonne adresse. Maintenant, direction Teahupoo !! C’est un peu un des endroits que je voulais faire le plus.

Sur la route, on verra pas mal de rassemblements de polynésiens. Ils sont juste réunis pour écouter de la musique à fond, discuter et jouer aux boules.

Ce qu’on remarque, c’est que la presque île est plus sauvage que l’île principale.

Arrivés à Teahupoo, il y a plus de monde, mais que des tahitiens et quelques surfeurs. On voudrait bien prendre un taxi boat mais à qui demander… ?

Du coup, je vais demander à un groupe de jeunes qui me guident vers un taxi boat. 4000 Francs pour deux et 30 minutes.

On monte sur le bateau et là, un pure régal !!! On pensait n’être que tous les deux mais il y avait quatre américains, dont un qui portait fièrement les couleurs des Donald Trump pour les présidentielles, et un surfeur qui se rendait à la vague pour se mettre à l’eau.

dsc_6255-traiteeEt c’est parti ! Notre pilote y va à fond ! On voit au loin qu’il y a déjà trois ou quatre bateaux sur place mais il y a de la place pour tout le monde. Beaucoup de surfeurs sont à l’eau et nous allons vite nous rendre compte que ce ne sont pas des débutants. En effet, les mecs font plus qu’assurer une fois sur la fameuse vague de Teahupoo !

La vague est vraiment impressionnante et les couleurs de l’eau sont incroyables. Il y a du fond mais l’eau est tellement claire qu’on le voit le fond. Impressionnant.

Les vagues s’enchainent et les surfeurs assurent le spectacle. On apprendra d’ailleurs qu’il y a le champion local qui a fait deux ou trois passages devant nous. Un autre, celui qu’on a amené, faisait du Paddle et c’était vraiment sympa à voir.

Tout ça est un régal pour les yeux et je sens que les photos vont être énormes !

C’est ce qu’on appelle une activité bien fun !

Le retour sur terre se fait tout aussi rapidement que l’aller. J’y retournerai bien y passer une heure…

Pendant qu’on se nettoie les pieds, un tahitien qui était avec nous sur le bateau nous conseille d’aller à la pointe de Teahupoo, là où sont remis les trophées pendant la compétition de surf. Pour s’y rendre, il faut traverser une passerelle qui traverse une piscine naturelle dans laquelle les enfants se jettent depuis la passerelle.

Cela nous emmène à traverser une espèce de petit village qui donne l’impression d’être déconnecté du monde. Tout le monde est « cool » ici. C’est très reposant et calme. Il y a de très belles maisons, des paysages de carte postale et des surfeurs éparpillés un peu partout. Ca fait très village de surfeur, comme dans les films.

Arrivés à la pointe, on voit bien la vague mais c’est un peu loin pour prendre des photos, même avec le 600mm.

Le temps passe et il est déjà l’heure de repartir…

Nous retournons donc à notre véhicule du jour et on peut vite s’apercevoir qu’il y a encore plus de monde ici. Mais ça reste dans une zen attitude totale.

Plus le temps de faire du tourisme. Nous devons rendre la voiture avec 18h00 et il nous faudra 1h15 pour rentrer pour l’autre côté de l’île. Dommage, nous n’avons pas pu voir tout ce que nous voulions.

L’autre côté de l’île parait très beau mais avec le soleil de face tout du long, je n’en ai pas trop profité, et la journée fut longue alors il me tardait un peu de rentrer.

LA voiture rendu dans les temps, notre loueur  nous a ramené tout de suite après au Faré Suisse, où je me suis endormi tout de suite. Mélanie en fera tout autant peu de temps après. Nous étant réveillés seulement à 22h00 pour nous mettre dans le lit, nous ferons l’impasse sur le diner…

Suivez nous :
This entry was posted in Blog, Polynésie.

Post a Comment

Your email is never published nor shared.